fracture métacarpienne

Fracture du 5ème métacarpien : Arrêt de travail (maladie professionnelle ?)

Une fracture du cinquième métacarpien se rapporte souvent à une chute sur la main ou à la suite d’un coup de poing. C’est une lésion qui nécessite une prise en charge rapide qui peut être plus ou moins longue selon la sévérité de la fracture. Une fracture du 5ème métacarpien nécessite-t-elle un arrêt du travail ? Serait-ce une maladie professionnelle ? Les réponses dans cet article.

Rappel sur le métacarpe

Il s’agit du squelette de la paume de la main. Il est constitué par cinq os longs, des métacarpiens – dénommés M1 à M5-, qui s’articulent à l’avant avec les phalanges et à l’arrière avec les os du carpe.

anatomie main
Source

Le M5 est sujet aux fractures notamment lors de chute sur la paume de la main avec le poing fermé ou en cas de coup violent donné avec la main. Il peut être touché au niveau de sa base, de son corps (diaphyse) ou de sa tête. La fracture peut le casser. Il arrive qu’il soit à la fois cassé et décalé : c’est la fameuse fracture déplacée.

Prise en charge de la fracture du 5ème métacarpien

De façon générale, les traitements des fractures de métacarpiens varient selon la localisation et le type de fracture.

Les traitements peuvent être fonctionnels (par des séances de kinésithérapie), orthopédiques ou chirurgicaux. Le but étant de récupérer la mobilité du doigt.

Les fractures non déplacées seront traitées de façon orthopédique par une immobilisation par plâtre ou attelle.

bandage au membre supérieur
Source

Les fractures déplacées, quant à elles, nécessitent une intervention chirurgicale. Un alignement des fragments osseux à l’aide d’une fixation comme une plaque, une vis ou une broche sera effectué.

Pour ce qui est de l’évolution post-opératoire :

  • l’attelle posée pour immobilisation doit être portée jour et nuit pendant 6 semaines ;
  • des séances de kinésithérapie à raison de 3 fois par semaine seront prescrites dès la levée de l’immobilisation ;
  • en cas d’utilisation de broches comme fixateur, celles-ci seront retirées quand le foyer de fracture aura consolidé, généralement vers la sixième semaine après l’intervention chirurgicale.

Fracture du 5ème métacarpien et maladie professionnelle ?

Globalement, la fracture du 5ème métacarpien est d’origine traumatique. Les sportifs professionnels tels que les boxeurs ou les handballeurs sont les plus à risque. D’autres corps de profession qui sollicitent l’emploi de la force de la main comme les carreleurs sont aussi concernés.

Certaines personnes, en revanche, peuvent souffrir d’une lésion intra-osseuse qui fragilise le métacarpien. Celui-ci peut facilement se fracturer même à la suite d’un geste anodin.

La durée de l’arrêt de travail varie en fonction du traitement instauré. Pour un traitement orthopédique, le médecin prescrit d’abord quelques jours d’arrêt, puis fait une réévaluation hebdomadaire. Quant au traitement chirurgical, l’arrêt peut durer plusieurs semaines voire quelques mois.

chirurgie de la main
Source

La fracture du cinquième métacarpien n’est pas à proprement spécifier dans les tableaux de maladies professionnelles. Toutefois, il faut savoir que le régime général tableau maladies professionnelles 57 répertorie les affections provoquées par certains gestes et postures au travail. Le tableau 69 fait état des pathologies liées aux vibrations et chocs transmis au système bras-main.

De ce fait, au regard de ces deux tableaux, une personne victime d’une fracture du cinquième métacarpien peut recourir à une reconnaissance de sa blessure comme étant une maladie professionnelle si elle estime que tel est le cas.

Pour ce faire, voici les différentes étapes à suivre :

  • avertir la Caisse Primaire d’Assurance Maladie (CPAM) dans un délai de 15 jours suivant le début de l’arrêt de travail ;
  • la CPAM envoie ensuite un formulaire à remplir et procède à une enquête auprès d’un Comité Régional de Reconnaissance des Maladies Professionnelles (CRRMP). Généralement, l’enquête dure environ trois mois ;
  • le CRRMP précise si la fracture est causée par les conditions de travail ou non ;
  • après avis du CRRMP, la CPAM s’accorde 3 mois pour statuer sur le caractère professionnel ou non de la blessure.

En somme, le délai de reconnaissance (ou non) dure six mois. Au-delà de ce délai, la reconnaissance de la maladie professionnelle est actée.

Références

https://www.msdmanuals.com/fr/professional/blessures-empoisonnement/fractures/fractures-du-col-des-m%C3%A9tacarpiens-hormis-le-pouce
https://www.inrs.fr/publications/bdd/mp/tableau.html?refINRS=RG%2057