douleur de coude

Épicondylite : mouvement à éviter (conseils kiné)

L’épicondylite est une tendinite du coude très fréquente. Même si cette affection évolue rarement à une complication, certains mouvements peuvent être la source d’aggravation des symptômes. Dans cet article, nous allons voir ensemble les mouvements à éviter en cas d’épicondylite selon les kinésithérapeutes. 

Description de l’épicondylite

L’épicondylite est caractérisée par une douleur au niveau du coude. Elle résulte de la lésion des tendons extenseurs de l’avant-bras.

Le coude est formé par 3 articulations. Elles unissent l’os du bras (humérus) aux os de l’avant-bras (radius et ulna ou cubitus).

anatomie des muscles du coude
Source

On parle d’épicondylite, lorsque les tendons qui fixent les muscles de l’avant-bras (épicondyliens) se désinsèrent d’une petite saillie d’os de l’humérus (épicondyle). Cela provoque l’inflammation de ces tendons du coude.

L’épicondylite survient à la suite d’une surcharge, d’une sollicitation importante ou d’une tension des muscles ou des tendons. Ces dernières peuvent être provoquées par des activités répétitives ou intenses. Le traumatisme au niveau du coude peut également favoriser des microdéchirures des tendons.   

tennis elbow
Source

Cette forme de tendinite du coude se manifeste généralement par une douleur qui se localise au niveau du coude. Celle-ci s’irradie tout au long du trajet des muscles extenseurs du coude (avant-bras, poignet, main).

Pour ce qui est du traitement, plusieurs moyens permettent de soulager l’épicondylite, cela concerne la kinésithérapie, le port d’attelle, l’utilisation d’anti-inflammatoires…

À noter qu’au cours de cette tendinite, il existe certains mouvements à éviter, car ils peuvent aggraver les symptômes ou la pathologie elle-même.  

Les mouvements à éviter en cas d’épicondylite (conseils kiné)

Pendant la durée du traitement et de la récupération, il faut éviter certains mouvements pour éviter l’aggravation de la douleur et pour ne pas freiner la guérison.         

Pour commencer, il est essentiel d’arrêter les mouvements en cause de la pathologie. Ce sont les mouvements répétitifs et excessifs qui augmentent l’aggravation des lésions des tendons.

Après cela, il faut bien prendre en compte que les muscles extenseurs ont besoin de se reposer pour que le traitement soit une réussite. Ainsi, il faut diminuer autant que possible le mouvement d’extension du membre supérieur.

Dans les cas extrêmes, le port d’attelle peut être considéré, bien qu’on suggère généralement d’éviter l’immobilisation prolongée du coude.

Certaines tâches quotidiennes sont à aussi éviter jusqu’à ce que les muscles et les tendons se rétablissent : le port de charge lourde, le bricolage, les activités professionnelles liées à l’utilisation du membre supérieur.

En outre, il faut éviter les pratiques des sports qui sollicitent les muscles du coude, de l’avant-bras et du poignet. Cela concerne le tennis, la musculation, le javelot…

Le retour à l’activité sportive et professionnelle doit se faire de manière progressive, mais pas brutale. Et avant toute activité, il est primordial d’échauffer les muscles du membre supérieur.

Un kinésithérapeute (physiothérapeute) saura vous guider pour reprendre vos activités professionnelles et sportives de façon optimale.

Ressources

Épicondylite chez les femmes de ménage : quelle particularité ?

Épicondylite et onde de choc : efficace ?

Références